Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Important

Inscrivez vous à la Newsletter pour être prévenus des nouveaux articles.

Votre adresse e-mail restera confidentielle, et ne sera pas communiquée à des tiers.

Rechercher

Articles Par Mois

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 03:58
J'ai écrit cette très courte nouvelle lorsque j'avais seize ans. C'est un des rares textes écrit à cette époque que je peux encore relire sans trop de honte.



Les Héros de la Révolution

 

Jorge avait été torturé. Longtemps. Doucement. Jusqu’à ce que la douleur soit la seule réalité dont il se souvienne et lui semble le seul avenir qu’il aurait jamais. Pourtant il avait conservé sa dignité : il n’avait pas parlé.

 

Ils avaient tout essayé. Ils l’avaient frappé, électrocuté, savamment persécuté, mais il n’avait jamais trahi.

 

Ce matin, ils lui avaient annoncé que Carlos avait tout dit. Pour preuve, ils lui avaient présenté la déposition de Carlos. Et même là, alors que cela ne servait plus à rien, il avait refusé de signer. Il leur avait craché au visage.

 

Et dans le noir, Jorge pensa à la mort. Quand viendrait-elle ? Comment ? Au milieu de ces sombres considérations, il voyait une dernière lueur d’espoir, de réconfort : au moins, il finirait en héros, pur comme un enfant, comme il l’avait toujours souhaité. Quand il était petit, il avait lu et relu avec passion la mort grandiose des martyrs de toutes croyances, idéologies, religions. Et il savait maintenant qu’il serait lui-même vénéré comme l’un d’eux, tel un héros de la révolution. Et du fond de son cachot, alors que tout espoir lui avait été retiré, c’était devenu la seule chose importante pour lui.

 

Il fut pendu au petit matin en même temps que Carlos. Les autorités annoncèrent qu’il était mort glorieusement après avoir dénoncé tous ces camarades tandis que Carlos était resté muet.

 

Jorge fut inhumé dans le petit cimetière militaire, derrière la garnison. Et depuis, pas un paysan n’est passé devant sans oublier d’aller cracher ou uriner sur sa tombe.

 

Carlos fut enterré, solitaire, sur la colline devant la ville. L’endroit devint un lieu de culte et de pèlerinage et, après la révolution, les cendres de Carlos furent transférées au Panthéon.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denys Corel - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires