Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Important

Inscrivez vous à la Newsletter pour être prévenus des nouveaux articles.

Votre adresse e-mail restera confidentielle, et ne sera pas communiquée à des tiers.

Rechercher

Articles Par Mois

17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 07:20
L'Institution de Binet, parue chez Fluide Glacial, était en avance sur son temps. Sortie en 1981, il s'agit d'une BD autobiographique très différente de la série des Bidochons qui ont fait sa célébrité (et à laquelle, affaire de goût, je suis moins sensible). L'auteur y raconte son enfance dans une pension catholique, apparemment dans la région de Pithiviers (il y fait mention de l'usine Gringoire, que je connaissais bien, ayant moi-même grandi là-bas). L'Institution raconte la vie quotidienne d'un enfant placé dans ces pensionnats religieux aux méthodes benoitement autoritaires, où dominent le mépris de l'individu et du corps.

 Si on y retrouve par moment le talent de Binet pour l'humour grinçant et les portaits satiriques (l'Abbé Lespart et son pesant sermon de bienvenue suivis de l'exclamation plus "terre-à-terre" de l'abbé Breuil - voir ci-dessous), cette BD dévoile aussi une vraie tendresse pour certains personnage (monsieur Carol, Aupetit) et présente des situations dramatiques inhabituelles dans les albums Fluide Glacial, accentuées par des cadrages assez savant et des ellipses intelligentes (le chapitre intitulé le filleul a la force d'évocation d'une nouvelle de Maupassant).

Binet ne cache pas grand chose de la vie quotidienne dans ces Institutions (même s'il mentionne en passant dans son intro qu'il a fait l'impasse sur l'homosexualité "courante dans ce genre d'établissements") : il parle franchement des curés tripoteurs, des bonnes sœurs aux méthodes abusives (la revue caca est un sommet), des méchantes blagues entre "camarades de classe"… et l'humour (en pointillé) s'apparente ici plus à une forme de pudeur qu'à une fin en soi.

En toile de fond, Binet nous raconte le contexte de l'après guerre (un professeur rescapé d'Auschwitz et traumatisé pète un câble en plein cours) et en quelques vignettes floues nous livre une transposition saisissante de la perception de la guerre d'Algérie pour la jeunesse de l'époque. Contrairement à ce que j'ai pu lire, il n'y a à mon sens pas beaucoup de nostalgie dans cette chronique féroce d'une institution scolaire autoritariste au service d'une religion pesante et mortifère, et les enfants eux-mêmes n'y sont pas angélisés.


Aujourd'hui, cette BD serait probablement regardée comme étant plus ou moins dans la même veine que les œuvres autobiographiques de l'Association (Persépolis, l'Ascension du Haut-mal). Dans les années 80, c'était un OVNI, qui est encore à tort classé dans la B.D. d'humour. En ce qui me concerne, je considère l'Institution comme une très grande BD, une des œuvres les plus honnêtes sur l'enfance que j'ai pu lire, et l'une des rares narrations française à traiter le catholicisme de l'intérieur, sans tomber dans l'anticléricalisme primaire - bien que le constat soit, au final, accablant.

Dans les dernières images du livre, Binet nous laisse sur un enfant solitaire qui attend que ses parents viennent le rechercher, sa solitude, son sentiment d'abandon – dominés par un crucifix – nous frappe soudain comme étant le thème central de l'Institution, et la raison peut-être qui a poussé Binet à raconter ses souvenirs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Struggling Writer - dans B.D.
commenter cet article

commentaires

delphes 17/09/2008 13:10

Si l'Institution sortait au format cahier avec une couverture souple, son statut serait en effet changé. Et si à l'époque, on avait pas classé ce livre dans la rubrique "humour", si on avait pris Binet au sérieux en somme, cela lui aurait peut-être permis de poursuivre son art dans une trame très personnelle, très intense, très émouvante et humaine comme dans l'Institution. Au lieu de ça, Binet s'est réfugié chez les Bidochons car il le dit lui même "J'ai pu m'en libérer (de l'institution) grâce au dessin, en me protégeant derrière les personnages et l'humour, qui chez moi est une forme de pudeur. J'ai toujours du mal à me mettre en avant."*
.Binet avoue se cacher derrière l'humour et cette posture semble liée aux différents rejets qu'il a rencontré. L'institution, c'est vraiment un récit ou l'auteur parle avec ses tripes, se livre complètement dans une forme artistique juste. Alors que le Bidochons, ce n'est que de l'humour potache.
Binet souffre aussi de ne pas avoir été reconnu par l'autorité de la Bd, n'ayant jamais reçu de prix à Angoulême. Il a déclaré qu'il refuserait de toute façon le grand prix , même si on le lui donnait "Je ne vois pas comment je pourrais collaborer une année avec la direction d'un festival qui m'a snobé pendant toute ma carrière !" bref, cela ressemble à de l'apitoiement catho, croyez-en mon expérience. "Le problème, c'est que quand on voit défiler toute la profession sur les estrades et que d'année en année on n'obtient jamais rien, on finit par se demander si son boulot n'est pas tout simplement de la merde. Cela m'empoisonnait. Pour séduire les jurys, j'ai donc essayé de faire un album concept, plus artistique, avec un dessin costaud… Peine perdue. J'ai compris que quoi que je dessine, rien n'y ferait. Je suis donc revenu à mes Bidochon et aux choses que j'avais envie de faire."
je persiste : si L'institution avait été reconnu comme un album autobiographique avec les honneurs qu'il méritait, Binet n' aurait pas passé 25 ans dans les jupes de Robert et Raymonde. il aurait quitter le domicile familial pour faire sa vie de dessinateur "adulte".


*extraits de son interview sur www.briographe.com