Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Important

Inscrivez vous à la Newsletter pour être prévenus des nouveaux articles.

Votre adresse e-mail restera confidentielle, et ne sera pas communiquée à des tiers.

Rechercher

Articles Par Mois

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 11:00

Pourquoi Dorothy M. Johnson (1905 1984) n'est-elle pas plus connue en France ? Seuls deux de ses recueils de nouvelle (Contrée Indienne et La Colline des Potences) ainsi qu'un livre inclassable basé sur sur ses souvenirs de jeunesse (Quand toi et moi étions jeunes Whitefish) sont disponibles dans notre langue. Il s'agit pourtant d'un des plus grands écrivains du XXème siècle. Elle excella dans le western et dans la nouvelle - ce qui est probablement la réponse à notre question.

Contrée Indienne contient parmi les plus belle pages de la littérature. Dorothy Johnson y confronte sans cesse deux brutalités, celle de la civilisation et celle de la sauvagerie, et y démontre que le western fut un genre littéraire de premier plan avant qu'Hollywwod en fasse l'un des genres roi du cinéma. Elle y décrit le Far-West avec honnêteté et sans sentimentalisme, et offre, par son style direct, laconique, et une narration impeccable, des histoires inoubliables aux résonnances riches. La dernière phrase de la nouvelle Et toujours se moquer du Danger cloue ainsi le lecteur sur place, le laissant face à une émotion si puissante qu'elle ne possède pas de nom. Quant à la lecture de L'Homme qui tua Liberty Valence, elle fait paraître le classique de John Ford bien fade et bien démonstratif en comparaison.

Dorothy Johnson avait une idée trop haute de la littérature pour se laisser aller à des virtuosités stylistiques de surface de singe savant, si admirée en France, servant à dissimuler une pauvreté narrative et un absolu manque de vitalité. Le grand art est invisible et Dorothy Johnson avait compris que la littérature utilise les mots pour parler de ce qui est caché derrière les mots. Son style est aussi donc clair, aussi évocateur dans son apparente simplicité, que la construction sans défaut de ses histoires.

Une grande partie partie de l'œuvre de Dorothy Johnson n'a jamais été traduite, et les livres déjà traduits sont devenus quasiment introuvables. Une édition intégrale en français est donc urgente et nécéssaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Struggling Writer - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Le Bouquineur 03/07/2013 12:50


Tous les textes sont extrêmement forts, reflétant la force de caractère nécessaire à ces
hommes et ces femmes (ou enfants) pour vivre dans de telles conditions et le style de l’écrivaine, phrases courtes qui claquent dans le cadre court d’une nouvelle, inversement proportionnel à la
puissance des sentiments exprimés, exacerbe l’émotion qui s’en dégage. Comme le dit Bertrand Tavernier « un écrivain majeur au style dense et laconique ».  

marie 15/10/2008 14:07

je n'ai pas le Sigrid Undset mais je l'ai emprunté à la bibliothèque : j'étais d'ailleurs sciée qu'il y soit ! comme quoi il faut toujours aller voir à la bibliothèque donc je ne sais pas... s'il y est à la bibliothèque de la mairie de montreuil. si non peut-être que delphes a une carte d'une bliblio parisienne. 

marie 14/10/2008 17:53

comment on trouve ses livres ? en anglais sur amazon ??? peux-tu dans ces cas-là donner les titres anglais ??? Je te conseille un livre d'ailleurs qui se passe au moyen-âge et je devrais en parler dans mon blog ! quand tu parlais du moyen-âge dimanche je voulais en parler et mon cerveau a twisté : il s'agit de Kristin Lavransdatter de Sigrid Undset (prix nobel dans les années 20 ! quand même) C'est ENORME !!! dans tous les sens du terme. A plus.. 

Struggling Writer 15/10/2008 13:56


Les deux recueils en 10/18 - Contrée Indienne et La Colline des potences - se trouvent facilement en occasion sur PriceMinister, Chapitre.com etc.

Pour les lire en Anglais, il suffit d'aller sur Amazon US et taper Dorothy Johnson, la liste y apparait. Contrée Indiennes est publié là-bas sous le titre "Indian Country" tout
simplement.

Merci pour le conseil, effectivement tu me donnes très envie de lire Sigrid Undset, mais c'est un peu cher pour  moi en ce moment, donc je vais attendre un peu…


salabreuil 14/10/2008 13:12

Merci pour ce coup de projecteur sur un immense écrivain. Il est vraiment dommage que la litterature Western soit méconnue et méprisée en France, le western étant considéré comme un genre exclusivement cinématographique. Cette méconnaissance empêche le lecteur français d'avoir accès à de très grands auteurs - hormis O.Henry régulièrement réédité - qui méritent d'être (re)découverts (sachant que leur talent est largement reconnu aux Etats-Unis). Dorothy Johnson donc (aussi importante que Willa Cather), Zane Grey (dont "les cavaliers de la sauge pourpre", considéré comme un chef d'oeuvre ayant jeté les bases du classicisme westernien, n'a jamais fait l'objet d'une traduction française) ou Louis L'amour mériteraient qu'une maison comme Phébus entreprennent enfin un vrai travail d'édition pour la reconnaissance du genre et de ces grands auteurs.

Struggling Writer 15/10/2008 13:52


Ce serait en effet une très bonne nouvelle.

Le problème étant que la découvrte de tous ces auteurs contreviendrait comme tu le dis à la doxa ambiante, à savoir que le western est exclusivement un genre cinématographique, ce qui est
historiquement et artistiquement faux. Les grands chef d'œuvres de la littérature en western et la démystification de la conquête de l'Ouest précèdent de pas mal d'années leur équivalents au
cinéma...