Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Important

Inscrivez vous à la Newsletter pour être prévenus des nouveaux articles.

Votre adresse e-mail restera confidentielle, et ne sera pas communiquée à des tiers.

Rechercher

Articles Par Mois

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 20:09

Aujourd'hui, alors que je me rendais chez mon agent, je suis tombé sur le nom de Philip José Farmer écrit sur un dossier dans son bureau (avec lequel est en contact en raison d'une affaire de droit sur une nouvelle). En passant, elle m'a appris que ce dernier, qui a 90 ans, était très malade. J'espère qu'il se rétablira et vivra jusqu'à cent ans, lui qui a si souvent rêvé des histoires d'immortels.


Je ne sais pas pourquoi mais la simple lecture de ce nom dans un endroit où je ne me serais pas attendu à le voir m'a mis dans un état très étrange. Philip José Farmer fut l'un des premiers écrivains de science fiction que j'aie lu. Un ami m'avait offert le Fleuve de l'Eternité lorsque j'avais douze ans et le souvenir de cette lecture buissonnière (je crois avoir manqué l'école et créé une fièvre fictie juste pour pouvoir terminer le quatrième tome) est encore à ce jour un de mes plus chers. J'ai relu le Fleuve de l'Eternité, il y a quelques années, et j'y ai vu nombre de trous narratifs, d'erreurs de construction, de scènes de remplissage, mais l'énergie , l'imagination foisonnante et le plaisir, alliée à un high concept de génie étaient toujours là.

Philip José Farmer fut en passant un précurseur pour le comics actuel – et j'irais jusqu'à dire qu'Alan Moore lui doit beaucoup. Ce n'est pas un immense écrivain mais il fut prolifique, généreux et toujours imaginatif. Et encore aujourd'hui la simple lecture de son nom arrive à me mettre de bonne humeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Struggling Writer - dans Roman
commenter cet article

commentaires

marie 29/10/2008 19:04

je suis désolée d'être moins kisch que l'autre commentaire. Juste pour info : il y a des livres de Dorothy Johnson à la bibliothèque (Paris). C'est bien cool... comme quoi il ne faut pas hésiter à regarder dans les bibliothèques municipales (et j'ai aussi pris du Sigrid Undset). 

Struggling Writer 06/11/2008 17:01


C'est vrai, les bibliothèques sont une bonne solution, mais pour les romans, j'aime mieux ne pas avoir de date limite. Un roman, je tourne autour, je lis quelques pages, un peu comme un nageur qui
goûte l'eau, je m'éloigne et puis je me plonge dedans. C'est un processus qui peut me prendre plusieurs semaine.